Mardi 26-09-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Post Scriptum  
 
 
 
Justice sociale et croissance
 
 
Mise à jour : 13-09-2017
 
Pour servir de source et d'essence à la pratique socio-politique, le maintien de la continuité représente un autre devoir, une autre mobilisation pour agir en accord avec ce qui, par des actes et des engagements est parvenu de façon claire et sûre à la société algérienne durant ces dernières années. C'est ainsi, que toute action probante, toute initiative provenant du programme politique en vigueur dont l'infaillible est chose prouvée, est la preuve concrète de cette authenticité qui réside dans son caractère décisif et dans la constance de sa transmission à tous. L'un et l'autre sont indiscutables. Le projet de société vise, tel qu'il est parvenu  aux citoyens depuis 1999 avec plus d' " intrants modernes " et reposant l'amorce d'un consensus général, c'est-à-dire la nécessité pour les Algériens d'agir avec persévérance, afin d'établir un élan vraisemblable capable de " semer " de nouveaux indicateurs, de nouvelles perspectives politiques, économiques et sociales et qui ne peuvent être que les fondements d'un comportement nouveau. Tel est l'un des objectifs de base du plan d'action du gouvernement du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, aux relents et aux vocables de justice sociale et de croissance. Dans ce cadre, le gouvernement mise tout d'abord sur la stabilité sociale. Et pour cause de difficultés financières imposées au pays par la chute sévère des prix des hydrocarbures sur le marché mondial, il interpelle toute la société à se " mobiliser " à l'effet de poursuivre le processus de développement socio-économique. 
C'est d'ailleurs de ce plan d'action du gouvernement qu'on retiendra la plupart des voies et des principes à observer pour tirer des décisions qui s'étendent en hauteur, comme en largeur, afin d'admettre la raison qui équivaut donc à l'aptitude de l'Exécutif gouvernemental à percevoir sur des " missions " économiques, sociales et culturelles logiques, de satisfaire les aspirations et les exigences nouvelles des populations,  la jeunesse en particulier. On peut interpréter cette phase et cette philosophie de gouvernance comme une " discipline " singulière et souvent complète, ne négligeant aucun problème. Elle prend racine pour combler les lacunes, de manière à parfaire l'ensemble de cette œuvre de renouveau national, de renaissance nationale, avec un traitement en détail sans rien laisser au hasard. Voilà les préalables, les principes qu'il faudra avoir à l'esprit et à ne pas perdre de vue, pour la " composition " d'une nouvelle société épanouie dans les secteurs.
De fait, la stratégie d'ensemble élaborée par le plan d'action du gouvernement visant à donner un rôle complémentaire à divers secteurs par rapport à l'action principale et fondamentale d'investissement orientée droit vers l'industrie, l'agriculture, le tourisme, les TIC, la transformation du monde rural et le développement de la production nationale, répond à l'élévation attendue des revenus et des niveaux de vie. Les indicateurs à haute fréquence, enregistrés ces dernières années, ont marqué une nette progression et un rythme soutenu, en ce qui concerne la croissance. L'analyse sociale et économique faite par le gouvernement dans son programme, a permis de bien illustrer la diversité et la complexité du développement du pays, du point de vue des acquis et de l'expérience, de la rentabilité et des perspectives, des horizons. 
Dans ce contexte, et au lendemain de la crise mondiale (2007-2008), la chute des prix du baril sur le marché mondial depuis la mi-mai 2014, la croissance, les investissements et la politique sociale se sont poursuivis jusqu'à maintenant avec un rythme certes ralenti, mais un rythme tout de même appréciable, allant jusqu'à renouer avec des niveaux acceptables. La résilience dans l'économie de marché, qui a fait preuve pendant cette période de crise mondiale, est à mettre sur le crédit d'une gouvernance budgétaire prudente. Ainsi, le gouvernement actuel s'est fixé un nombre important d'axes de travail dont celui du développement social et humain, l'axe économique productif. L'accent mis sur les recettes fiscales  et les plans de développement signifie davantage de ressources pour répondre aux demandes et besoins sociaux et à l'investissement. 
Les efforts à atteindre ces axes doivent être accompagnés de changements dans le modèle de développement permettant une plus juste redistribution de la richesse et une plus grande protection des secteurs vulnérables. Pour ce faire, le gouvernement doit convoquer et coordonner ses efforts avec ses partenaires économiques et sociaux ainsi que tous les secteurs de la société.
B. C.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Cacophonie sur les donnes officielles : Quelle est la ralit de la sphre informelle en Algrie
Alstom-Siemens : Les discussions en cours sur un rapprochement
Transport ferroviaire : Le DG de la SNTF dvoile les dfis de l'entreprise
Japon : La BoJ maintient sa politique, dissension au conseil
Conseil de la Nation : Le Premier ministre prsente le plan d'action du gouvernement
 
 
 
L'radication des ides et des hommes, ...
"Bouger ", ce n'est pas fatalement tenter de faire la révolution, mais cela contribue à intéresser les populations à la " chose " ...
   
  Lire la suite
 
 
Les rformes exiges par le Prsident Bouteflika sont les ...
 
Une fois de plus, le programme politique du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika est mis en exergue à la fois par le ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous