Dimanche 29-11-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Mourad Preure, expert en domaine ptrolier au " Forum de la Presse " " Pour le march ptrolier la vision n'est pas claire "
 
 
Mise à jour : 25-11-2020
 

Par : med wali

 
" On n'est pas dans une situation désespérée ", " je suis perplexe et moins optimiste ", " prévision de l'IEA et l'OPEC ", " la reprise du marché pétrolier pourrait être retardée jusqu'à la fin de 2021 ", " l'efficacité des investissements en Afrique passe par la distribution directe au consommateur ", " les énergies renouvelables ne peuvent pas concurrencer les énergies fossiles pour le moment ", " la Sonatrach peut être dans le top 10 dans le monde ". C'est avec ces mots et pleins d'autres que l'expert et spécialiste des questions énergétiques, Mourad Preure a animé hier le " Forum de la Presse " co-organisé par le quotidien " Le Maghreb de l'économie" et le site de l'information "  Dzertic24 ", pour décortiquer le paysage du marché énergétique… 
 
L'année 2020 n'est pas une année économique 
En faisant le tour d'horizon pour évaluer le paysage des hydrocarbures en Algérie particulièrement, et dans le monde en général, compte tenu de la propagation de la pandémie coronavirus et son impact sur l'économie mondiale, Mourad Preure dira qu'" il faut voir les évolutions de l'économie mondiale d'avantage que les évolutions du marché pétrolier. Si l'économie mondiale devient délicate, le marché pétrolier connaîtra le même sort et d'une manière durable. Or, nous savons que l'économie mondiale va connaître selon le FMI, une récession de 4,3%. 
En 2020, la zone Europe a connu une récession de 8,3%, la France a connu une récession de 9,8%, les Etats-Unis sont dans une crise aiguë.  Seulement la Chine qui a connu une croissance de 1,9%, l'Inde s'effondre à -10,3%. Globalement cette récession est très dure pour l'économie mondiale, nous sommes dans une situation exceptionnelle et dans ce contexte, les prévisions d'évolution de la demande mondiale ne sont pas optimistes selon l'Agence internationale de l'énergie, la demande mondiale du pétrole va connaître une baisse de 8,4 millions de baril par jour en 2020, et selon l'OPEC la demande baissera à 9, 5 millions de baril par jour ", précise notre invité et de poursuivre l'AIE estime que la croissance de la demande de pétrole pour 2021 serait à 5,5 millions baril par jour, quand à l'OPEC, Preure dira que cette instance est un peu plus optimiste puisqu'elle prévoit une croissance de 6,6 millions de baril par jour. " Je suis très complexe et moins optimiste pour ce qui est de l'année 2021", afin de répondre à cette hypothèse, Preure s'est interrogé sur la possibilité du prochain vaccin anti Covid-19 de changer les choses dans le monde. 
" Dans l'hypothèse la plus optimiste, on va dire que le vaccin sera prêt début janvier, il faut vacciner combien de personnes pour qu'il y ait un effet déterminant sur l'économie. " Nous l'avons interrogé sur la liaison du vaccin avec les prix du pétrole, Preure dira " s'il n'y a pas une croissance économique, il n'y a pas de consommation du pétrole, et c'est l'économie qui détermine la croissance de la demande du pétrole. C'est simple pour mieux comprendre, si l'économie est à l'arrêt, on ne consomme pas ou très peu du pétrole, donc il y a une corrélation très forte entre la croissance économique et la consommation pétrolière. Quand il y a dans une période de récession, la corrélation est à son maximum. "  
 
La reprise du marché pétrolier pourrait être retardée jusqu'à fin 2021
Selon Preure, tous les données et rapports de croissance mondiale confirment que la reprise du marché pétrolier pourrait être retardée jusqu'à la fin de l'année prochaine, avertissant que la situation est encore fragile, notamment en ce qui concerne la crise sanitaire mondiale Covid-19. Il a également évoqué la 22e réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz tenue récemment sous la présidence de l'Algérie, qui a été une occasion précieuse de débattre des effets de la Covid-19 sur les marchés mondiaux des produits de base et l'économie, ainsi que les incertitudes liées qui continuent de peser sur le marché, précisant que "les ministres ont fait au cours de ces délibérations, de nombreuses observations positives concernant les efforts courageux et responsables de l'OPEP + pour rétablir l'équilibre et la stabilité des marchés de l'énergie." 
 
L'Algérie a perdu plusieurs marchés de l'énergie 
L'ancien conseiller à la direction générale de la Sonatrach a indiqué que " les nombreux changements du système juridique lié aux hydrocarbures en Algérie ont affecté négativement le développement du secteur de l'énergie", tout en soulignant que " cela a réduit les chances de l'Algérie d'accroître ses exportations du pétrole, en plus du fait que les entreprises étrangères ne prêtent plus attention au marché algérien, surtout après 2005, soit après la révision de la loi sur les hydrocarbures et en 2006. Encourager les investissements étrangers dans le domaine de l'exploration pétrolière, commence par l'établissement d'un ensemble fixe de lois qui ne changent pas avec le changement des responsables. " Notre invité précise que " plusieurs firmes internationales ont abandonné leurs investissements en Algérie et que la société nationale des hydrocarbures, Sonatrach, est désormais contrainte d'investir seule, ce qui a conduit à une baisse de leurs capacités de production et d'investissement. Et d'ajouter "  la Sonatrach peut être dans le top 10 dans le monde si on renforce le plan technologique et si on investit dans le numérique et la digitalisation qui nous ont permis de sauter plusieurs étapes, vu que la Sonatrach a le potentiel pour devenir l'un des leaders mondiaux. Au passage, Preure dira que " les opérateurs économiques attendent la date du 30 novembre prochain pour connaître la décision de l'OPEP de continuer à réduire la production ", indiquant que c'est la seule solution pour préserver les gains sur le marché du pétrole. 
 
L'efficacité des investissements en Afrique passe par la distribution directe au consommateur
Concernant les déclarations du ministre de l'Energie Abdelmajid Attar, pour se rendre sur les marchés africains pour commercialiser le gaz algérien, l'expert a expliqué que " les bénéfices seront plus importants en cas d'investissement dans ces pays dans le domaine de la distribution du gaz et l'électricité","les risques liés à l'investissement sont plus importants lors de l'exploration alors que les bénéfices sont faibles, tandis que ces derniers augmentent lors de la distribution au dernier consommateur, même les pertes seront réduites ", a-t-il ajouté. Preure explique que la concurrence est devenue féroce sur le marché européen et le groupe OCDE, dans le domaine de la commercialisation du gaz naturel, en raison de la production qatarie, américaine et russe, et que l'orientation vers la Chine et l'Inde pour vendre le gaz est très difficile. Dans le domaine de la logistique, l'Algérie n'a pas le potentiel d'exporter vers certains pays asiatiques. Dans cette circonstance, le marché africain pourrait être plus intéressant pour l'Algérie, vu que le continent va connaître dans les années à venir un développement considérable où les besoins énergétiques seront plus importants. 
M. W. 
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Chantage du Parlement europen : Il n'y a pas et il n'y aura pas d'espace pour l'ingrence trangre en Algrie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous