Lundi 28-09-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Selon l'Agence Anses : Attention, les applis cueillent parfois les champignons toxiques
 
 
Mise à jour : 28-09-2020
 
Ce champignon que je viens de cueillir est-il comestible ? Les applis de reconnaissance ne sont pas suffisamment fiables pour répondre à cette question en toute sécurité, met en garde l'agence sanitaire Anses qui rapporte des cas d'intoxication "favorisés" par ces services sur smartphone.
Alors que l'arrivée de l'automne marque le début de la cueillette, l'agence rappelle qu'un champignon peut être dangereux: les intoxications peuvent entraîner des troubles digestifs sévères, des complications rénales, des atteintes au foie, conséquences graves qui peuvent même entraîner la mort, insiste le communiqué publié vendredi. 
Au deuxième semestre 2019, plus de 2.000 cas d'intoxication liés à la consommation d'une espèce toxique ou de champignons comestibles mal cuits ou en mauvais état ont ainsi été rapportés aux centres antipoison, dont trois mortels. 
Pour éviter ces accidents qui se produisent surtout à l'automne, l'Anses rappelle régulièrement les bonnes pratiques à respecter: ramasser uniquement les champignons que vous connaissez parfaitement et au moindre doute, faire contrôler votre cueillette par un pharmacien ou une association de mycologie. Ne jamais manger de champignons sauvages crus et ne jamais en donner à de jeunes enfants. 
Mais cette année, un nouveau risque est apparu sur les radars des experts sanitaires: les applications sur smartphones destinées à identifier l'espèce de champignon grâce à une photo. Le phénomène est pour l'instant trop récent pour en connaître l'ampleur précise. Mais il existe au moins "quelque cas" parmi les intoxications rapportées l'an dernier où "la confusion entre espèces était favorisée par l'utilisation d'applications de reconnaissance de champignons sur smartphone, qui avaient donné des identifications erronées sur les champignons cueillis", s'inquiète l'Anses. 
Elle recommande donc clairement de "ne pas consommer de champignon identifié" par ces applis, "en raison du risque élevé d'erreur". 
Pour mieux appréhender l'ampleur du problème, une recherche a été lancée au centre antipoison de Paris, après l'intoxication sévère d'une famille de trois personnes l'an dernier. 
 
Faux "à plus de 50%"
"J'étais à la régulation téléphonique ce jour-là", se rappelle le Dr Jérôme Langrand. "Cette famille avait ingéré un plat de champignons. Le père avait utilisé une application pour se rassurer, se dire +ah oui c'est bien des comestibles+", poursuit-il. Résultat: trois hépatites sévères, le placement de l'enfant en réanimation et une greffe de foie pour le père. 
Pour réaliser l'étude lancée alors par le centre antipoison, les photos de champignons envoyées chaque jour par des particuliers inquiets d'avoir été intoxiqués ont été passées dans deux des applications de reconnaissance des champignons existantes. 
Le travail est toujours en cours, mais "on a quand même plus qu'une tendance", explique à l'AFP le Dr Langrand. "Elles se trompent à plus de 50% sur l'espèce". 
"Parfois c'est bénin, mais dans certains cas, elles créent des situations à risque d'intoxication", insiste le médecin. Même si les applis signalent le risque mortel de certaines espèces, pour lui, ce n'est pas suffisant: "il faut dire aux gens qu'il faut s'abstenir de manger tout champignon sur avis d'une application".  
Par contre, prendre une photo des champignons que l'on compte manger est utile, insiste l'Anses. En cas d'intoxication, les médecins sont ainsi capables d'identifier rapidement l'espèce responsable pour décider du traitement adéquat. 
L'agence rappelle également qu'il faut cuire suffisamment les champignons sauvages, qu'il faut cueillir uniquement les spécimens en bon état et en totalité (le pied et le chapeau, pour permettre l'identification). 
Il ne faut pas non plus consommer de champignons achetés "à la sauvette", vendus par des non professionnels pas nécessairement capables de les identifier.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Pathologies : L'OMS voque ces maladies qui s'aggravent aprs le Covid-19
 
Le Covid-19 peut entraîner l'aggravation de certaines pathologies comme des maladies cardiovasculaires et le diabète, indique la représentante de l'OMS ...
Voir détail
   
Au Liban L'incertitude son paroxysme aprs l'chec former un gouvernement
 
Le Liban se réveille dimanche sans la moindre perspective de sortie de crise après le renoncement du Premier ministre désigné Moustapha Adib, incapable de ...
Voir détail
   
 
 
Pathologies : L'OMS voque ces maladies qui s'aggravent aprs le Covid-19
Sofiane Djilali, prsident de Jil Jadid : "La nouvelle Constitution intronisera les fondements d'un vrai Etat de droit"
"Dsordre, dbcle, rbellion": Boris Johnson jug par les siens
Attaque Paris : Youssef, le " deuxime suspect ", mis hors de cause, raconte comment il a tent d'arrter l'assaillant
Au Liban L'incertitude son paroxysme aprs l'chec former un gouvernement
 
 
 
Start-up, projets innovants et ...

Le décret exécutif portant création du Comité national de labélisation des "Start-up", des "Projets innovants" et des ...

   
  Lire la suite
 
 
Pour une socit civile active sur le terrain
 
Partant du fait que le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune est décidé plus que jamais à rendre ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous