Lundi 19-02-2018
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Face la crise conomique : Ncessit d'tablir une nouvelle stratgie
 
 
Mise à jour : 13-02-2018
 
La crise que vit le baril de pétrole sur le marché mondial depuis les cinq premiers mois de l'année 2014 a fini d'ériger en Algérie  un nouveau modèle de croissance économique, conduisant à des stratégies de développement pour permettre la croissance et le bien-être social. 
Les vagues de la mondialisation, l'arriération de l'économie nationale ont finalement débouché sur un " plaidoyer "  de plus en plus grandissant pour une meilleure planification du  redressement économique. La démarche va être pour le gouvernement, l'outil incontesté de son plan d'action, de modernisation, les besoins essentiels, la self-relance, la nécessité de compter sur soi-même. C'est dire que la crise du pétrole, le fardeau ou le piège des importations ont soumis l'Algérie aux pressions d'urgence, l'ajustement structurel  dont singulièrement l'accélération des réformes pour un même but ultime en matière de développement économique et social, autrement dit, la création de richesses, d'emplois nécessaires au bien-être des citoyens, la réduction importations.
 
Ambitieux objectifs
L'amorce de cette stratégie vise à rendre de moins en moins l'économie nationale dépendante des hydrocarbures et des importations à travers la restructuration de la production nationale, du commerce, un meilleur climat des affaires et davantage de partenariat entre le secteur public et privé. Eu égard à ces ambitieux objectifs, l'option pour un nouveau modèle de croissance économique se veut donc comme un instrument d'encouragement à la performance en phase avec le souci d'indépendance économique et financière  du pays.  La ligne tracée et poursuivie étant d'accroître la production nationale, sa diversification. Une stratégie industrielle et agricole par substitution aux hydrocarbures et aux importations. Cette stratégie de substitution  aux importations est déjà définie comme la " satisfaction "  d'une plus grande proportion de la demande intérieure par la production locale de biens de consommation suivie d'une " remontée " progressive de la production de biens d'équipement de plus en plus élaborés et situés du processus de production. Mais le fait que ce nouveau modèle de croissance économique ait débuté dans une période où la croissance dans le monde développé ralentissait, et surtout où le chômage structurel réapparaissait, la dégringolade continue des prix du baril de pétrole, n'était évidemment pas une décision facile pour l'Etat algérien. En effet, le pays venait de sortir de la tragédie nationale et la reprise économique aurait été impensable sans la mise en place d'un réseau d'infrastructures de base, qui a connu des retards en raison de la tragédie nationale dans les années 90. De même, le développement économique ne peut être conçu sans une gestion adéquate des besoins des citoyens, en termes d'emploi, de logement, de santé, d'éducation et de services publics. De grands axes de développement économique et social contenus dans le programme présidentiel. Il fallait  pencher en faveur de " l'égoïsme national ", un changement dans la hiérarchie des priorités de développement. Il s'agit notamment de la prise de conscience du rôle important que   doivent jouer l'agriculture et l'industrie dans un processus de développement véritable et durable, qu'il n'est pas possible d'assurer avec la seule priorité des hydrocarbures.
 
Egoïsme national
Dans cet esprit, " l'égoïsme national " des Algériens a toujours été de voir l'Etat algérien souverain dans ses décisions, le maintien du niveau de vie, du pouvoir d'achat. Dans un contexte d'amenuisement des ressources extérieures, préserver ce modèle a un coût qui, jusque-là, a été supporté  par l'exploitation et l'exportation des hydrocarbures qui ne pourront plus, à l'avenir, garantir  la pérennité de ce modèle. D'où l'insistance du discours officiel d'aller donc à la recherche de la croissance ailleurs, c'est-à-dire dans le champ  économique réel où l'entreprise, publique et privée, est la clé de voûte, le moteur de la croissance. Il s'agira de jeter  les bases d'un redressement économique et même financier à long terme, tout en veillant à ce que les acquis du développement économique et social soit préservés et améliorés. Mais la politique de développement durable et harmonieux a fini par imposer une conception dominante, celle de l'économie de marché afin d'aboutir à des résultats optimaux. 
En réalité, l'économie libérale, l'économie pure du marché et de l'ajustement  a été une option pour résoudre efficacement les graves problèmes auxquels est confrontée l'économie nationale. Une option  visant la performance, un meilleur taux de croissance et le développement humain. A présent le développement national est assuré dans le cadre d'une économie de marché, dont le Président Abdelaziz Bouteflika n'a de cesse de réaffirmer qu'elle ne sera ni une économie de bazar, ni un bradage de la richesse nationale, elle ne sera ni un nouveau dogme ni encore moins un slogan. " pour nous, l'économie de marché est un modèle pour obtenir plus d'efficacité et plus de rentabilité et pour accroître l'investissement dans le pays grâce à l' "appui du capital et du savoir-faire du privé national et du partenariat étranger en appui à la ressource publique ".
 
Ne plus dépendre des hydrocarbures
La stratégie qui vise l'édification d'une économie développée et indépendante découle des acquis enregistrés au cours de ces dernières années et des enjeux à l'horizon 2030. Cette stratégie inscrite dans le nouveau modèle de croissance économique veille à la durabilité en encourageant un processus de développement qui ne dépend plus des hydrocarbures et qui est mieux adapté à l'économie nationale. Il met à profit les diverses richesses naturelles du pays de manière durable ; Il se propose également de résorber les déséquilibres internes et externes de l'économie nationale et d'assurer une croissance constante et auto-entretenue. Il vise à garantir le plein emploi et à satisfaire les besoins de première nécessité de la population par la production nationale. La réduction de la dépendance extérieure, grâce à une démarche soutenue d'intégration  où les industries des biens d'équipement et la petite et moyenne entreprise, la grande, petite et moyenne industrie constitueront les éléments moteurs de la croissance, qui demeure dans cette démarche un axe directeur de sortie de la crise actuelle que traverse le pays sur le plan économique et financier.
Ammar Zitouni
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
En cette priode de froid, pluie et neige : Des prix inabordables en dehors d'Alger
 
En cette période de froid, de pluie et de neige, pour ne pas dire de très mauvais temps, Alger, n'a paradoxalement pas connu d'augmentations dans les prix des ...
Voir détail
   
Sauvegarde de la production nationale : Tenue de la 1re runion de la Commission consultative intersectorielle
 
La première réunion de la Commission consultative intersectorielle chargée du suivi du dispositif de sauvegarde de la production nationale s'est tenue ...
Voir détail
   
Partenariat dans le secteur agricole : La filire intresse des investisseurs hollandais
 
A cours d'une rencontre avec des opérateurs économiques locaux, organisée à la Chambre d'agriculture de la wilaya de Mostaganem, le diplomate ...
Voir détail
   
Superficies agricoles non exploites : L'Etat a rcupr quelque 250 000 hectares
 
Intervenant, hier , à l'émission “l'Invité de la rédaction” de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le directeur central ...
Voir détail
   
Education : Le ministre du Travail appelle le CNAPESTE mettre fin sa grve
 
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali a appelé, lundi à Alger, les enseignants grévistes à mettre ...
Voir détail
   
Pour la ralisation d'un Data Center : Les Douanes et Huawei signent un accord
 
L'Agence de l'informatique des finances publiques du ministère des Finances et l'entreprise chinoise de solutions numériques Huawei  ont signé ...
Voir détail
   
Forum rgional de dveloppement en TIC : Dbut des travaux hier
 
Les travaux du forum régional de développement pour les Etats Arabes sur le thème "Les TIC au service des objectifs de développement durable", ...
Voir détail
   
 
 
Selon un analyste financier: "En avril-mai, le bitcoin va voluer autour des 1 000 dollars"
France : Le chmage passe sous les 9% fin 2017
Projet de Loi de rglement budgtaire 2015 : Raouya prsente le texte en plnire
Royaume-Uni : L'Ukip plonge dans une nouvelle crise
La famille Nemmar de Chlef: L'histoire se souviendra de ses 12 martyrs
 
 
 
Quels lments de victoire pour des ...
Il  est de coutume qu'après chaque affrontement militaire,   de s'interroger dans le sens de savoir qui en est sorti vainqueur et quels faits accomplis vont ...
   
  Lire la suite
 
 
Acclrer les rformes, principes essentiels
 
Le développement durable engage le gouvernement à ne laisser aucun secteur sur le bord de la route. Un élément essentiel de ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous