Samedi 29-07-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Maghreb  
 
 
 
Tunisie/Etats-Unis : L'administration Trump rduit ses aides au pays
 
 
Mise à jour : 16-07-2017
 
Le chef du gouvernement d'union nationale tunisien, Youssef Chahed, était aux Etats-Unis pour une visite officielle du 9 au 12 juillet, pour évoquer les relations bilatérales entre les deux pays, et tout particulièrement une proposition de l'administration Trump portant sur la réduction des aides militaires et financières destinées à la Tunisie dans le cadre du nouveau budget des Etats-Unis, soumis au Congres américain pour approbation.
Pour certains politiciens et analystes économiques tunisiens, la visite de Youssef Chahed à Washington était, en général, prometteuse et fructueuse, intervenant à un moment décisif. "Cette visite survient à un moment crucial pour la Tunisie qui vit une conjoncture assez complexe sur les deux plans sécuritaire et économique, désormais deux faces de la même monnaie", a affirmé l'expert tunisien en politique extérieure Nizar Makni, dans une interview accordée à Xinhua.
Selon lui, le chef du gouvernement tunisien "a cherché une certaine continuité du soutien américain à la Tunisie en tant que démocratie naissante, surtout que les Etats-Unis demeurent l'un des principaux garants de la crédibilité économique tunisienne auprès des institutions financières internationales et les bailleurs de fonds mondiaux". En effet, M. Chahed a déclaré face aux journalistes américains que "toute révision à la baisse de l'aide sécuritaire et économique américaine à la Tunisie risque d'envoyer un message négatif aux organisations terroristes quant aux capacités et aptitudes des forces sécuritaires et militaires tunisiennes dans la lutte contre le terrorisme". Afin de réaffirmer la volonté de son pays d'éradiquer le fléau extrémiste et la menace terroriste, M. Chahed s'est entretenu avec deux responsables chargés de la sécurité aux Etats-Unis, à savoir le général H.R McMaster, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, et James Mattis, secrétaire d'Etat à la Défense.
"La Tunisie est fortement engagée dans l'intensification et le développement des efforts de coopération sécuritaire et militaire avec les Etats-Unis, étant donné l'intérêt partagé par les deux pays de déraciner la corruption et la contrebande, principale source de financement du terrorisme", a indiqué M. Chahed.
 
Un changement remarquable 
Sur cette question, "le traitement de la nouvelle administration de la Maison Blanche des différents dossiers extérieurs a changé remarquablement", explique M. Makni. "Pour Donald Trump, contrairement à son prédécesseur, ce qui compte principalement pour les Etats-Unis n'est plus l'appui et l'aide aux démocraties émergentes, mais plutôt l'intérêt suprême et la reconstruction de la cuisine interne du pays de l'Oncle Sam suite à la crise économique", commente M. Makni.
Pour cette raison, Youssef Chahed s'est adressé à de hauts responsables américains rigoureusement choisis au préalable, notamment le vice-président américain Mike Pence, des membres de la commission des Affaires étrangères du Congrès, des sénateurs, dont John McCain, ainsi que des membres du Sénat chargés des affaires étrangères. Le dirigeant tunisien s'est également entretenu avec Jared Kushner, gendre et conseiller du président Trump, lors d'une rencontre surprise. Certains médias tunisiens affirment que l'aide des Etats-Unis à la Tunisie, selon le projet de loi proposé par l'administration Trump, s'élèverait à 54,6 millions de dollars pour l'année 2018, soit 85,8 millions de moins qu'en 2017. Le projet de loi prévoit également la réduction des aides financières à plusieurs pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient, à l'exception d'Israël et de l'Egypte. "Une fois approuvé, ce projet de loi contredira les grandes lignes de la politique américaine en matière de lutte contre le terrorisme", assure M. Makni. Selon lui, il faudra à l'avenir focaliser les efforts de coopération sur l'échange d'expertise, de savoir-faire militaire, et de renseignements, ainsi que sur la promotion des ressources humaines, notamment par des échanges de compétences. "Etant la priorité de la visite de Youssef Chahed aux Etats-Unis, l'apport militaire et financier à la Tunisie se poursuivra, certes, mais en contrepartie, les prémices d'un certain chantage s'annoncent implicitement à travers dix réserves exprimées par certains sénateurs contre la Tunisie", annonce l'expert tunisien. Les Américains, développe-t-il, n'épargneront aucun effort pour s'impliquer sur le continent africain, essentiellement par le renforcement de leur présence dans la zone nord-africaine, qui leur permettra non seulement de bien surveiller la zone euro, étant donné le recul de la France, mais aussi de conquérir de nouvelles importantes zones stratégiques afin de contrôler les mouvements d'autres puissances du côté sud de la Méditerranée. L'expert tunisien estime que les Etats-Unis n'ont pas intérêt à "laisser tomber" la Tunisie : "Le maintien d'une coopération satisfaisante avec la Tunisie offre aux Etats-Unis une bonne vision de ce qui se passe en Libye voisine, et lui permet de surveiller tous les mouvements du côté sub-saharien." D'autre part, le président de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi, a rencontré, vendredi, au Palais de Carthage, le chef du gouvernement, Youssef Chahed.
Le chef du gouvernement a déclaré que l'entretien a porté sur la situation générale dans le pays et le bilan de la visite d'amitié et de travail qu'il a effectuée du 10 au 12 juillet aux Etats-Unis d'Amérique.
Cité dans un communiqué de la Présidence, Youssef Chahed a indiqué avoir évoqué avec le chef de l'Etat les entretiens qu'il a eus avec des hauts responsables de l'administration américaine et des membres du congrès US.
Ces entretiens, a-t-il dit, ont porté sur le développement des relations bilatérales et l'importance de continuer à soutenir le modèle démocratique tunisien pour surmonter les difficultés économiques.
Ils ont, également, porté sur le renforcement de la coopération conjointe en matière de lutte contre l'extrémisme et le terrorisme.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Industrie Automobile : Mitsubishi, Suzuki, Toyota et Nissan intresss par le march algrien
France : Le bio n'aura pas le coup de pouce espr du gouvernement
Bourses Les places europennes finissent en ordre dispers
Mensuel international arabies - Algrie : l'informel, le flau de l'conomie
Afrique de l'Ouest Attaques terroristes au Sahel - Mettre fin la comptabilit macabre
 
 
 
Est-ce possible que les lendemains vont ...
Les puissances régionales ou les régions comme puissances? Nous risquons de n'être ni dans le premier cas ni dans le deuxième. De plus en plus, le ...
   
  Lire la suite
 
 
Tripartie vers une nouvelle doctrine socio-conomique
 
Sur le plan économique, social, le dialogue et la concertation, le décor est planté par le Premier ministre, M. Abdelmadjid ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous