Lundi 06-07-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Dualit Sino-amricaine post-Covid-19 : Guerre d'influence pour un nouvel ordre mondial
 
 
Mise à jour : 01-07-2020
 
Par : Abdelouahab Ferkhi
 
Tout récemment Henry Kissinger a déclaré que cette pandémie de Covid-19 aura à modifier complètement et à jamais l'ordre mondial et que lorsque cette pandémie passera, les institutions de nombreux pays seront vouées à l'échec. Il est évident que nous assisterons à un changement radical de la carte géopolitique mondiale. 
 
L'analyste algérien Arslan Chikhaoui est revenu  sur ce phénomène ainsi que les vives tensions qui vont crescendo entre la Chine et les USA dans sa contribution publiée dans le journal Expression. Les tensions entre Pékin et Washington devraient s'exacerber au moment où une "guerre d'influence" pour réorganiser l'ordre mondial s'installe et s'intensifie entre les deux puissances sur fond de pandémie de Covid19," , a-t-il estimé. Et d'élucider:" " Aujourd'hui, menacés par un ennemi commun, le coronavirus, les Etats-Unis et la Chine sont loin de se réconcilier. Pis encore, le conflit sino-américain s'accentue", relève Chikhaoui dans cette analyse intitulée "le Duopole sino-américain post-Covid-19: guerre d'influence et Soft Power ".
Dans le sillage de cette guerre "ardue", Pékin n'a pas caché son ambition de piloter une réforme de la gouvernance mondiale. C'est à ce titre, constate Chikhaoui, que la diplomatie chinoise va incontestablement redoubler d'activisme pour saisir les nouvelles opportunités qui se présenteront à elle. A titre d'illustration, Pékin va tenter de rassembler les voix pour réformer le système hérité des accords de Bretton Woods, qui ont ébauché sur les grandes lignes du système financier international, jugé "obsolète" par les Chinois, explique -t-il.
Ce qui est certain, poursuit M. Chikhaoui, c'est que "la post-pandémie Covid-19 va générer incontestablement des appels à créer de nouveaux mécanismes, des règles communes, globales et plus efficaces".
En somme, résume l'auteur, la Chine se pose en "Challenger" en utilisant sa "diplomatie scientifique" de lutte contre la pandémie pour promouvoir ses produits et ses services, y compris ses programmes de formation comme elle le faisait autour des nouvelles routes de la soie par le biais de sa diplomatie commerciale. Et c'est grâce à ce soft power que Pékin va "renforcer ses liens avec des pays comme l'Algérie, l'Italie, la Serbie, le Pakistan et le Cambodge qui ont "communiqué positivement sur l'assistance et la gestion de crise par le gouvernement chinois, ceux que Pékin a désignés comme étant des amitiés solides comme le fer", prédit l'auteur de la contribution.
 
Une guerre sans vainqueur :
Il constate que l'offensive" chinoise sur le terrain du soft power a surtout bénéficié du retrait américain et de la politique dite " America First " prônée par l'actuel locataire de la Maison-Blanche.
Pour autant, il explique que la Chine n'arrivera pas à imposer partout ses initiatives qui feront incontestablement face à l'opposition de plusieurs pays, en particulier celle des Etats-Unis. Citant des observateurs avertis, M. Chikhaoui, également membre du Conseil consultatif d'experts du Forum économique mondial (Wef - Davos), considère qu'il est "peu probable que la Chine parvienne à promouvoir une organisation du monde qui fasse consensus ".
Par contre, les organisations internationales "perdraient de plus en plus leur crédibilité, dans la mesure où certaines d'entre elles ne seront plus en mesure de réunir à la même table les deux premières puissances économiques mondiales", prévoit-il. "Le bras de fer technologique entre Pékin et Washington va sans aucun doute se prolonger et pas uniquement autour de la 5G ", souligne cet expert du forum civil des Nations unies. Et la guerre entre les deux puissances sera certainement attisée à l'approche de la présidentielle américaine de novembre qui verra certainement des déclarations "excessives" de la part du président américain Donald Trump pour justifier de nouvelles mesures contre Pékin.
Mais "ni la Chine, ni les Etats-Unis ne sortent gagnants de cette guerre qui a ajouté ses conséquences à l'effondrement du commerce mondial provoqué par la crise sanitaire de la Covid 19 ", estime l'analyste.
Cependant, le président exécutif du centre de consultance et d'études NSV, souligne que la seule manière pour que la Chine sorte gagnante de cette crise sanitaire, serait d'être la première à mettre au point un vaccin contre le nouveau Coronavirus.
 
Chine : diplomatie scientifique:
Il a expliqué que dans la crise actuelle, la Chine met en action sa diplomatie scientifique de lutte contre la pandémie, pour promouvoir ses services, ses produits et ses programmes de formation, comme elle le faisait autour des Nouvelles Routes de la soie par le biais de sa diplomatie commerciale. Elle ne va ménager aucun effort pour se positionner comme le pays meneur de la sortie de crise et proposer, notamment, aux pays émergents et aux pays en développement des solutions médicales et paramédicales, industrielles, logistiques, technologiques, économiques et par corrélation, des solutions financières pour redynamiser leurs économies. Cependant et selon des observateurs avertis, la Chine n'arrivera pas à s'imposer partout. En ce sens que ses initiatives font, et feront face, incontestablement, à des oppositions de la part de nombreux pays dans les prochaines années. D'autres, par contre, vont renforcer leurs liens avec elle, comme l'Algérie, l'Italie, la Serbie, le Pakistan, le Cambodge et d'autres encore qui ont communiqué positivement sur l'assistance et la gestion de crise par la Chine ; ceux que Pékin a désignés comme étant des " amitiés solides comme le fer ". 
Le bras de fer technologique entre Pékin et Washington va sans aucun doute se prolonger, et pas uniquement autour de la technologie de communication 5G. En effet, la Chine a annoncé, fin mars dernier, dans le cadre d'un plan de relance économique post-Covid-19, des investissements massifs pour le développement de technologies, parmi lesquels le réseau 5G, les data center, les villes intelligentes (smart cities), les objets connectés, la chaîne de bloc (technologie de stockage et de transmission d'informations), etc. Depuis plusieurs années déjà, Xi Jinping a dit vouloir piloter la réforme de la gouvernance mondiale. La diplomatie chinoise va, incontestablement redoubler d'activisme pour saisir les nouvelles opportunités institutionnelles qui se présenteront à elle. La détermination politique pour restructurer la gouvernance mondiale est tellement forte qu'elle perdurera, quelles que soient les difficultés économiques que la Chine pourrait rencontrer.
A. F.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Tebboune pour France 24 : Le Maroc passe une autre forme d'escalade
Zone-Euro: Les dputs allemands en soutien de la BCE dans son contentieux avec la Cour de Karlsruhe
Libye: Serraj fait part de sa volont de dialoguer avec les forces diriges par Khalifa Haftar
Tipaza: La tribu des Beni Menacer, un long parcours de bravoure et de rsistance au colonialisme
Sahara occidental: L'UE ne reconnait pas la marocanit du Sahara Occidental
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous