Mardi 26-09-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Rforme du Code du travail en France : Macron face l'preuve de la rue et des grves
 
 
Mise à jour : 13-09-2017
 
Emmanuel Macron a fait face mardi à la première mobilisation sociale de son quinquennat, avec des perturbations dans les transports dès le matin, avant les manifestations contre la réforme du Code du travail que le Président est déterminé à mener à terme.
Entre 50 et 80% des lignes SNCF étaient assurées en banlieue parisienne, quand le trafic TGV était normal. Deux trains sur 3 circulaient sur le RER A et 1 sur 2 sur le B, tandis que les métros roulaient normalement. 
Des perturbations étaient également signalées à Strasbourg. À Nice, aucun bus ni tramway ne circulait, une première depuis la mobilisation contre le CPE en 2006, selon la CGT.
Des camions de forains provoquaient également des embouteillages sur l'autoroute A13 et à Paris.
"Ce n'est pas une loi du travail, c'est une loi qui donne les pleins pouvoirs aux employeurs", a critiqué Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, qui a dit sur France 2 attendre "du monde" avec près de 200 manifestations et 4.000 appels à la grève.
Plafonnement des indemnités prud'homales, fusion des instances représentatives du personnel dans les entreprises, réforme du compte pénibilité, place accrue pour l'accord d'entreprise...: ce projet reprend plusieurs promesses de campagne du président Macron.
Si pour le Medef et la CGPME, il va "déverrouiller la peur d'embaucher", les syndicats y voient un texte "libéral" dans le prolongement de la très décriée loi travail. 
Face à un front syndical désuni, le chef de l'État, qui sera au même moment dans les Petites Antilles dévastées par l'ouragan Irma, n'a pas l'intention de céder, "ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes", une déclaration faite vendredi qui a déclenché l'ire de responsables syndicaux et politiques. Et qui rappelle celles, "à l'emporte-pièce de Sarkozy", a raillé Laurent Berger, numéro un de la CFDT.
 
"Nous tiendrons" 
L'enjeu est d'autant plus important pour M. Macron --qui espère que cette réforme va faire "gagner la bataille du chômage de masse"--, que l'exécutif envisage d'autres réformes sociales importantes dans les mois à venir: assurance chômage, apprentissage, formation professionnelle et retraites.
"Nous tiendrons", a lancé le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, quand Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a relevé que "le débat social ne se mesure pas seulement à la rue et à la manifestation". La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a refusé de s'avancer sur les conséquences de la mobilisation, jugeant que "ce n'est pas le sujet".
La séquence est toutefois délicate pour le président de la République, en chute dans les sondages après l'annonce de mesures impopulaires comme le rétablissement du jour de carence pour les fonctionnaires ou le coup de rabot sur les aides au logement, rappellent les politologues.
Pour maintenir la pression, la CGT a déjà appelé à une autre mobilisation, le 21 septembre, à la veille de la présentation du projet en Conseil des ministres et deux jours avant celle de La France Insoumise.
 
"Coup d'État social" 
Si FO ne s'associe pas à la fronde de la CGT, de la FSU, de Solidaires et de l'Unef, contrairement à celle contre la loi travail en 2016, une partie de ses militants ont décidé de défiler. 
Tout comme certaines sections CFDT, CFE-CGC, CFTC ou Unsa, qui ne comprennent pas que leurs directions nationales, pourtant très critiques à l'égard du projet, ne s'associent pas à l'appel. "La CFDT sait organiser des manifestations (...) mais on n'a pas besoin de faire une démonstration de faiblesse", a expliqué M. Berger. Des politiques de l'opposition viendront gonfler les rangs des défilés. Jean-Luc Mélenchon doit battre le pavé à Marseille contre ce qu'il qualifie de "coup d'État social". À Paris, l'ex-candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon, Olivier Besancenot (NPA) ou encore Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, défileront dans le cortège, qui doit partir à 14H00 de Bastille pour se diriger vers la place d'Italie.
Alors que des violences avaient parasité les manifestations contre la loi travail, M. Castaner a dit craindre des "débordements" et renvoyé la responsabilité "aux organisateurs", assurant que la CGT avait un "savoir-faire" en la matière.
En 2016, le gouvernement Valls et les syndicats s'étaient déjà renvoyé la balle à propos de leurs responsabilités respectives concernant la sécurité des défilés. La préfecture de police de Paris n'a pas souhaité commenter les moyens déployés.
 
"Trafic SNCF conforme aux prévisions"
Le trafic SNCF était conforme aux prévisions mardi, journée marquée par un appel à la grève contre les ordonnances réformant le code du travail, avec entre 50 et 80% des trains sur les lignes de banlieue parisienne, et un trafic TGV normal.
La circulation est "conforme aux prévisions" et la "majorité des lignes fonctionnent normalement", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la SNCF, expliquant que les usagers "ont anticipé et sont arrivés tôt" dans les gares de banlieue mardi matin.
Les prévisions communiquées lundi prévoyaient un train sur 2 sur le RER B, cogéré avec la RATP, tout comme sur la ligne R du Transilien, 2 trains sur 3 sur les lignes C et D, et entre 3 trains sur 4 et 4 sur 5 sur les lignes N et U, ainsi que des perturbations sur certains TER en régions.
Sur les lignes Intercités, les prévisions allaient de 1 train sur 2 à 9 sur 10. Quant aux TGV, Eurostar et Thalys, ils circulaient normalement, a confirmé le porte-parole.
Côté RATP, là aussi la circulation est "conforme aux prévisions", indique-t-on. Celles-ci prévoyaient 2 trains sur 3 sur la portion du RER A géré par la RATP, 1 sur 2 sur le RER B, et un trafic normal pour les métros.
Dans les deux entreprises, CGT et SUD ont appelé à la grève contre les ordonnances réformant le code du travail. A la SNCF, les syndicats FO et First, non représentatifs, appelaient aussi à la mobilisation.
Mustapha S.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
ONU-Core du Nord : De nouvelles sanctions adoptes
 
Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi à l'unanimité et à l'initiative des États-Unis une nouvelle ...
Voir détail
   
France : Le drapage de trop ?
 
Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, vient de commettre un nouveau dérapage. Il vient, une nouvelle fois, d'insulter les Français, du ...
Voir détail
   
 
 
Cacophonie sur les donnes officielles : Quelle est la ralit de la sphre informelle en Algrie
Alstom-Siemens : Les discussions en cours sur un rapprochement
Transport ferroviaire : Le DG de la SNTF dvoile les dfis de l'entreprise
Japon : La BoJ maintient sa politique, dissension au conseil
Conseil de la Nation : Le Premier ministre prsente le plan d'action du gouvernement
 
 
 
L'radication des ides et des hommes, ...
"Bouger ", ce n'est pas fatalement tenter de faire la révolution, mais cela contribue à intéresser les populations à la " chose " ...
   
  Lire la suite
 
 
Les rformes exiges par le Prsident Bouteflika sont les ...
 
Une fois de plus, le programme politique du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika est mis en exergue à la fois par le ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous