Samedi 18-11-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Prsidentielle en Iran : L'preuve du peuple
 
 
Mise à jour : 18-05-2017
 
Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a appelé mercredi ses compatriotes à se mobiliser lors de la présidentielle de vendredi pour afficher, face aux "ennemis", leur calme et leur détermination. "Le peuple a des ennemis. Face à eux, le peuple doit montrer un visage déterminé et calme", a déclaré le guide devant des milliers de personnes rassemblées à Téhéran, selon son site officiel. "Les responsables américains, européens, et ceux du régime sioniste surveillent nos élections pour voir quel sera le niveau de participation", a-t-il affirmé en estimant que si cette participation "est importante, leur jugement sera différent".
M. Khamenei a également souligné que dans une "région troublée", son pays préparait la présidentielle dans "le calme et la sécurité".  La campagne électorale se termine officiellement jeudi à 03h30 GMT, vingt-quatre heures avant le début du vote.
Sur les quatre candidats à concourir à la présidentielle, deux font figure de favoris: le président modéré sortant Hassan Rohani, soutenu par les réformateurs et les modérés, et le religieux conservateur Ebrahim Raissi, proche du guide. Un troisième candidat, le conservateur Mostafa Mirsalim, a annoncé mercredi qu'il maintenait sa candidature pour éviter "la polarisation". Un autre, le réformateur Mostafa Hashemitaba, a appelé à voter Rohani. Le maire conservateur de Téhéran, Mohammad Bagher Ghalibaf, et le 1er vice-président réformateur, Es-Hagh Jahanguiri, se sont retirés de la course et ont appelé à voter respectivement pour Raissi et Rohani. Lors d'un de ses derniers meetings à Ardébil (nord-ouest), M. Rohani a également appelé les Iraniens à voter massivement, au moment où le président américain Donald Trump "et d'autres ennemis de l'Iran sont en train de venir dans la région".
M. Trump doit participer samedi à un sommet avec des dirigeants arabes en Arabie saoudite, grand rival de l'Iran. M. Raissi a pour sa part affirmé à Téhéran que M. Rohani avait fait trop de concessions lors des négociations ayant abouti à un accord nucléaire en 2015 avec les grandes puissances. "Avec la diplomatie où on implore, on ne peut pas régler les problèmes. Il faut une diplomatie forte", a-t-il ajouté, en affirmant que les négociateurs iraniens n'avaient pas réussi à obtenir un changement de l'attitude des Etats-Unis, qui empêchent de fait une normalisation des relations bancaires entre Téhéran et le reste du monde.
Ikram A.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Grande-Bretagne : L'inflation s'acclre et menace la consommation
 
L'inflation a atteint 2,7% au Royaume-Uni en avril sur fond de dépréciation de la livre depuis le référendum sur l'UE, une mauvaise nouvelle pour ...
Voir détail
   
France : Le gouvernement Philippe form, 18 ministres dont 9 femmes
 
Après la victoire du candidat d'En Marche!, Emmanuel Macron, au second tour de la présidentielle le 7 mai, Édouard Philippe a été nommé ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous