Samedi 18-11-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Finance  
 
 
 
Marchs financiers : Les Bourses europennes en baisse
 
 
Mise à jour : 15-11-2017
 
Les Bourses européennes ont été orientées à la baisse lundi, inquiètes des divergences entre les républicains sur les contours définitifs du projet de réforme fiscale aux Etats unis.
"Le marché manque d'éléments pour rebondir et se laisse gagner par les incertitudes autour de la réforme fiscale américaine", a observé auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.
"Au milieu de ces incertitudes et faute de catalyseurs majeurs dans l'actualité, les investisseurs prennent des bénéfices en attendant d'autres éléments pour se repositionner", selon lui.
 
L'Eurostoxx 50 a baissé de 0,54%
La Bourse de Paris était en recul (-0,73%) pour la sixième séance d'affilée. Le CAC 40 a reculé de 39,09 points à 5.341,63 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,4 milliards d'euros.
EDF a dévissé de 10,39% à 10,52 euros, pénalisé par la révision à la baisse son objectif d'excédent brut d'exploitation pour 2018.
Eurazeo a chuté de 6,36% à 73,41 euros, souffrant d'un abaissement de la recommandation.
CGG a été suspendu, à la demande du groupe, alors l'AG extraordinaire des actionnaires vient de valider le plan de restructuration.
Alstom s'est replié de 1,83% à 33,52 euros après avoir annoncé la fourniture de 27 trains régionaux supplémentaires à Trenitalia.
Parrot a reculé de 5,94% à 9,50 euros bien que le fabricant de drones prévoit une "forte diminution de ses pertes" en 2017.
Europacorp suspendu vendredi avec l'annonce du départ de son P-DG s'est enfoncé de 8,39% à 1,31 euro.
La Bourse de Londres était en repli de 0,24%, avec un net recul de la défense et de la distribution.
L'indice FTSE-100 a cédé 17,81 points pour terminer à 7.415,18 points. Dans la défense, Ultra Electronics, coté à l'indice FTSE-250, a plongé de quelque 20% après un avertissement sur résultat.
Babcock International a chuté de 7,32% à 753 pence, BAE Systems de 3,42% à 537 pence et Rolls-Royce de 2,26% à 907 pence.
Dans la distribution Kingfisher a perdu 3,13% à 300,10 pence, l'entreprise de vêtements Next 1,26% à 4.324 pence, l'enseigne Marks and Spencer 1,60% à 314,10 pence et les supermarchés Morrison 2,73% à 210,20 pence.
Dégringolade du producteur et vendeur de sodas Coca-Cola HBC AG (-4,45% à 2.470 pence) dont la perspective de l'action a été dégradée et repli du groupe de produits médicaux NMC Health (-4,04% à 2.800 pence).
A Francfort l'indice vedette Dax a fini en repli de 0,40% à 13.074,42 points et le MDax des valeurs moyennes a décroché de 0,80% à 26.281,96 points.
Thyssenkrupp, plus mauvaise performance du Dax, est en recul de 2,66% à 21,93 euros. L'énergéticien RWE a lui perdu 0,80% à 22,30 euros.
Lufthansa a cédé 0,02% à 26,91 euros. Deustche Bank a reculé de 0,58% à 15,37 euros.
Dans le vert Adidas est en hausse de 1,60% à 183,90 euros, ainsi que le laboratoire pharmaceutique Merck (+0,80% à 90,51 euros).
La Bourse de Madrid a de nouveau clôturé en baisse de 0,42% à 10.049,9 points.
La chute la plus forte revient au fabricant d'éoliennes Siemens-Gamesa (-3,18% à 10,22 euros), suivi de Tecnicas Reunias (ingéniérie pétrolière; -2,45% à 22,73 euros).
Les banques terminent globalement dans le rouge (Santander -0,5% à 5,54 euros; BBVA -0,25% à 7,13 euros), à l'exception de la catalane CaixaBank (+1,22% à 3,91 euros), qui signe la plus forte hausse de l'indice.
Le géant du textile Inditex (Zara) perd 0,74% à 29,34 euros.
Seule, la Bourse suisse a commencé la semaine sur une note positive, l'indice SMI progressant de 0,31% pour clôturer à 9.162,74 points.
Nestlé, plus forte hausse avec +1,14%, a terminé à 84,40 francs suisses.
Les laboratoires Novartis ont gagné +1,10%, à 82,55%. Le groupe d'ingénierie helvético-suédois ABB était aussi en hausse (+0,44%) à 25,27%.
Givaudan, leader mondial des parfums et arômes, a poursuivi sa progression et enregistré une hausse de +0,27%, à 2.250 CHF.
Côté baisses, l'assureur Swiss Life perdait 1,27% à 341,60 CHF, suivi par la banque de gestion privée Julius Baer (-1,11%, 58 CHF) ou le Crédit suisse (-1,07%, 15,79 CHF).
A Amsterdam l'indice AEX des principales valeurs a clôturé en baisse de 0,35% à 545,43 points.
A la baisse, le chimiste et pétrolier Vopak a reculé de 3,06% à 35,00 euros et l'assureur Aegon a chuté de 1,95% à 5,13 euros.
A la hausse, le fournisseur de services maritimes Boskalis a pris 1,95% à 30,38 euros et l'opérateur néerlandais de télécommunications KPN a gagné 0,17% à 2,95 euros.
Bruxelles a terminé en baisse de 0,46%, l'indice Bel-20 des principales valeurs s'affichant à 4.007,57 points en clôture.
Sur les 13 entreprises en baisse, le groupe GBL a enregistré la moins bonne performance, reculant de 2,06% à 89,70 euros.
Parmi les sept valeurs en hausse, le groupe de télécoms Telenet a enregistré le meilleur résultat: +1,68% à 59,42 euros.
 
Wall Street optimiste 
La Bourse de New York a terminé la séance en hausse lundi, aidée par la perspective d'une baisse de la régulation pour certaines banques régionales: le Dow Jones a gagné 0,07% et le Nasdaq 0,10%.
Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 17,49 points, à 23.439,70 points. 
Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 6,66 points, à 6.757,60 points.
L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,10% ou 2,54 points à 2.584,84 points.
Selon la presse américaine, un accord bipartite a été trouvé entre républicains et démocrates au Sénat et prévoit d'imposer une supervision moins contraignante de la banque centrale américaine (Fed) sur certaines banques régionales, modifiant l'une des régulations imposées après la crise financière dans le cadre de la loi Dodd Frank. "Il y a une série de règles idiotes dans la régulation Dodd Frank. Ils tentent visiblement de supprimer les plus évidentes", a commenté Maris Ogg de Tower Bridge Advisors. Cette nouvelle semblait atténuer sur les principaux indices la lourde chute du cours du conglomérat industriel General Electric (-7,17% à 19,02 dollars) après l'annonce d'un plan de restructuration prévoyant pour 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois.
Les investisseurs semblaient par ailleurs montrer moins d'inquiétude vis-à-vis du potentiel report d'une partie de la grande réforme fiscale américaine sur l'imposition des entreprises.
Les marchés "semblent moins s'intéresser aux détails de la loi comme le taux exact d'imposition des entreprises ou les délais d'application qu'au fait qu'il se passe enfin quelque chose au Congrès" a souligné Nate Thooft de Manulife Asset Management. "En somme, il y a l'espoir que des avancées politiques aient enfin lieu après des échecs répétés, à l'image de la loi sur la santé."
"Je ne pense pas que les investisseurs s'attendent désormais à quoi que ce soit de la part de ce Congrès", a réagi Maris Ogg.
"Supprimer la +carotte+ fiscale qui a poussé à la progression des marchés (...) mènerait les investisseurs à agir comme un âne déçu qui enverrait un rapide coup de sabot en arrière", a averti quant à lui Sam Stovall de CFRA.
 
Les résultats se tarissent 
Signe de la défiance des marchés ces derniers jours face aux incertitudes de la réforme fiscale, les trois principaux indices ont terminé vendredi sur leur première baisse hebdomadaire depuis deux mois. 
Wall Street avait été auparavant portée par les espoirs d'une baisse rapide de la taxation des entreprises ainsi que par les résultats trimestriels favorables des entreprises américaines.
Ces résultats jouaient de moins en moins leur rôle de soutien alors que leurs publications touchent à leur fin.
"Plus de 90% des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats. Cependant quelques entreprises notables sont encore attendues: Home Depot et TJX mardi, Target et Cisco Systems mercredi et Wal-Mart jeudi", a indiqué Patrick O'Hare, de Briefing. Le marché était par ailleurs lesté par la chute du cours du conglomérat industriel General Electric (-6,03% à 19,26 dollars) après l'annonce d'un plan de restructuration prévoyant pour 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois.
Parmi les autres valeurs du jour, Qualcomm progressait (+1,61% à 65,61 dollars), le conseil d'administration du groupe de semi-conducteurs ayant rejeté lundi l'offre non sollicitée de son concurrent Broadcom (+0,09% à 265,20 dollars), évaluée à 130 milliards de dollars.
Le fabricant de jouets Hasbro montait (+6,81% à 97,68 dollars) après avoir proposé à son concurrent Mattel (qui bondissait de 23,26% à 18,02 dollars) de le racheter, selon des informations du Wall Street journal.
Boeing (+0,52% à 262,20 dollars) profitait de l'engagement de la compagnie aérienne Emirates de Dubaï d'acheter 40 Boeing 787-10 Dreamliner pour un prix catalogue de 15,1 milliards de dollars, à l'occasion du salon aéronautique international Dubai Airshow 2017. Le marché obligataire reculait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,400% contre 2,376% en fin de semaine dernière, et celui des bons à 30 ans progressait à 2,869%, contre 2,860% vendredi soir.
Ilyas A.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous