Lundi 25-09-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Finance  
 
 
 
Bourses : Wall Street des records malgr les banques
 
 
Mise à jour : 18-07-2017
 
Le Dow Jones et le Standard & Poor's-500 ont fini vendredi à des records de clôture à la Bourse de New York, portée par des indicateurs macroéconomiques peu favorables à une prochaine hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis.
Ce scénario d'un resserrement monétaire moins rapide que prévu a cependant pesé sur le secteur financier, pénalisé en outre par les perspectives mitigées données par JPMorgan Chase et Wells Fargo, qui publiaient ce vendredi leurs résultats trimestriels, tout comme Citigroup. Comme depuis le début de l'année, hormis en juin, les valeurs technologiques ont soutenu la tendance avec entre autres des gains de 0,86% pour Apple et de 1,41% pour Microsoft, deux poids lourds de la cote.
L'indice Dow Jones a gagné 84,65 points (+0,39%), à 21.637,74. Le Standard & Poor's 500, plus large et principale référence des investisseurs, a pris 11,44 points, soit 0,47%, à 2.459,27. Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a pour sa part fini en hausse de 38,03 points (+0,61%) à 6.312,47. Le Dow Jones et le S&P-500 ont aussi touché des pics historiques en séance, à respectivement 21.681,53 et 2.463,54. Sur la semaine, le Dow a pris 1,04%, le S&P-500 1,4% et le Nasdaq 2,6%, sa plus forte progression hebdomadaire de l'année.
Janet Yellen a donné mercredi un coup de fouet aux marchés actions américains en déclarant que la Réserve fédérale n'aurait pas à relever ses taux "encore tant que cela", bien que l'économie américaine soit en mesure de supporter de nouvelles hausses.
 
La probabilité d'une hausse de taux en décembre faiblit
Dans la foulée de ces déclarations de la présidente de la Fed, les indicateurs publiés ce vendredi ont un peu plus éloigné dans l'esprit des investisseurs la perspective d'un nouveau tour de vis monétaire. L'inflation aux Etats-Unis a été nulle sur un mois en juin et elle est retombée à 1,6% sur un an, son niveau le plus bas depuis octobre 2016. Les ventes au détail se sont en outre repliées en juin pour un deuxième mois consécutif tandis que les stocks des entreprises ont augmenté en mai. Ces facteurs pourraient ébranler la détermination de la Fed à procéder à une troisième hausse de taux cette année, comme elle l'envisage jusqu'à présent. La probabilité d'un relèvement des taux en décembre aux Etats-Unis est tombée à 48% après la publication de ces indicateurs, contre 55% jeudi, selon le baromètre FedWatch de CME Group. "Les indicateurs pointent en direction de la poursuite d'une politique (monétaire) assez accommodante, qui a de toute évidence bien servi le marché ces dernières années. Donc en ce qui concerne le marché, c'est un peu encore la même histoire", dit Lee Ferridge, responsable de la stratégie macro en Amérique du Nord chez State Street Global Markets. Le secteur financier, dont les bénéfices gonflent avec des taux plus élevés, a perdu 0,52%, plus mauvaise performance sectorielle du jour. Il est même le seul à avoir fini dans le rouge parmi les grands indices sectoriels du S&P. Sa séance a en outre été plombée par les annonces de JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo, qui donnaient le véritable coup d'envoi de la saison des résultats trimestriels. Ces trois banques ont affiché des bénéfices supérieurs aux attentes au titre du deuxième trimestre 2017 mais la lecture détaillée de leurs résultats d'activités et leurs perspectives sur l'ensemble de l'année ont laissé un sentiment mitigé aux investisseurs. JP Morgan a perdu 0,91%, Wells Fargo 1,1% et Citigroup 0,45%.
 
Sprint monte sur des rumeurs d'intérêt de Buffett et Malone 
"La barre pour les résultats est plus haute cette fois, particulièrement après la croissance phénoménale observée au premier trimestre. Donc les entreprises qui ne répondent pas aux attentes ou qui fournissent des perspectives à la baisse seront excessivement sanctionnées", dit Michael Scanlon, gérant de portefeuilles chez Manulife Asset Management. Bank of America (-1,67%) a été le principal frein à la hausse du S&P-500 tandis que Goldman Sachs (-0,78%) a enlevé plus de 12 points au Dow. Ces deux établissements, ainsi qu'une autre grande banque, Morgan Stanley (-0,7%), publieront leurs résultats la semaine prochaine.
Globalement, les bénéfices des entreprises du S&P-500 sont attendus en hausse de 8,1% sur un an au deuxième trimestre, selon les données de Thomson Reuters I/B/E/S. Cette saison des résultats suscite une attente particulière en raison de la valorisation élevée du S&P-500, qui se traite 17,3 fois les bénéfices attendus, contre une moyenne de long terme de 15, selon les données Thomson Reuters. Dans l'actualité des fusions-acquisitions, Sprint a bondi de 4,27% à la suite d'informations selon lesquelles Berkshire Hathaway, le groupe de Warren Buffett, et Liberty Media, celui de John Malone, réfléchissent à un investissement de 10 à 20 milliards de dollars (8,72 à 17,44 milliards d'euros) dans le quatrième opérateur mobile des Etats-Unis. L'indice CBOE de la volatilité a terminé en baisse de 0,39 point à 9,51, un plus bas de clôture depuis décembre 1993. Environ 5,3 milliards d'actions ont été échangées au cours de la séance sur les différents marchés américains, contre 6,7 milliards en moyenne sur les 20 séances précédentes. Les indicateurs macroéconomiques du jour ont fait reculer le dollar, tombé à un plus bas depuis septembre 2016 face à un panier de devises de référence et à quasiment 1,1470 face à l'euro, ainsi que le rendement à 10 ans des emprunts du Trésor américain, sous 2,33%. Les cours du pétrole ont terminé en hausse de 1% pour finir la semaine sur une progression hebdomadaire de l'ordre de 5%.
 
Se concentrer sur les résultats d'entreprises
La Bourse de New York, rassérénée par l'assurance d'un durcissement progressif de la politique monétaire américaine, va se concentrer la semaine prochaine sur les résultats d'entreprises. Sur une semaine, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 1,06% à 21.637,74 points, un niveau jamais atteint auparavant. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 2,59% à 6.312,47 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 1,40% à 2.459,27 points, là aussi un record. Après s'être concentré sur tout signal concernant les politiques monétaires des deux côtés de l'Atlantique, le marché va attaquer le gros de la publication des comptes trimestriels des entreprises. Les trois premières grandes banques à dévoiler leurs chiffres vendredi, JPMorgan Chase, Citigroup et Wells Fargo, ont solidement dépassé les attentes. "Cela augure d'une bonne saison de résultats", selon Bill Lynch de Hinsdale Associates.  "La plupart des stratégistes anticipent une progression des bénéfices des entreprises du S&P 500 d'au moins 6%, voire 9%, sur le trimestre", note-t-il. D'autres établissements financiers comme Bank of America, American Express, Morgan Stanley et Goldman Sachs doivent diffuser leurs résultats la semaine prochaine. Tout comme les grandes entreprises de la technologie Microsoft et IBM et des sociétés de produits de grande consommation comme Johnson and Johnson et Colgate. Pour Christopher Low de FTN Financial, les derniers indicateurs sur l'économie américaine devraient toutefois inciter les investisseurs à la prudence, qu'il s'agisse de la stagnation de l'indice des prix à la consommation en juin ou du recul des ventes au détail. "Cela signifie que les deux éléments caractérisés comme temporaire par la Fed, à savoir la faiblesse de la croissance au premier trimestre et le ralentissement de l'inflation, se poursuivent au deuxième trimestre", remarque-t-il. 
 
Consommation en berne 
Le repli des ventes au détail est particulièrement préoccupant selon lui dans le mesure où la croissance américaine repose en grande partie sur la vigueur de la consommation des particuliers.  "La Fed a accéléré en décembre dernier la remontée de ses taux directeurs" en tablant sur le fait que les taux d'intérêt remontraient naturellement plus rapidement, rappelle Christopher Low. Ses responsables "pensaient que des mesures de soutien budgétaire permettraient d'aller encore plus vite", ajoute-t-il. Mais "le Congrès est plus que jamais bloqué." Aussi, même s'il n'est pas prévu d'interventions majeures de responsables de la Fed dans les jours à venir, les spéculations sur la politique monétaire américaine resteront selon lui sur le devant de la scène. "De façon générale, la crainte d'une remontée rapide et synchronisée des taux directeurs par les banques centrales européenne et américaine s'est apaisée", nuance toutefois Karl Healing de LBBW.  Les taux directeurs ont déjà été remontés deux fois depuis le début de l'année aux Etats-Unis et la Fed a signalé qu'elle souhaitait voir une troisième hausse avant fin 2017. "Mais sa présidente Janet Yellen a reconnu publiquement cette semaine que la faiblesse de l'inflation allait les ralentir" dans leur volonté de donner un nouveau tour de vis monétaire, note-t-il. "Le gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre Ben Broadbent s'est prononcé contre une prochaine remontée des taux" en Grande-Bretagne, ajoute Karl Healing.  Quant à la banque centrale européenne, "les signaux sont contradictoires mais, même si ses responsables commencent à parler d'un resserrement, il est peu probable que la BCE devienne rapidement très agressive", avance l'analyste. 
Le conseil des gouverneurs de l'institution de Francfort se réunit jeudi mais aucun changement majeur n'est attendu.
Du côté des indicateurs, le marché surveillera la diffusion de chiffres lundi sur l'activité industrielle dans la région de New York et mercredi sur l'immobilier. 
Ilyas A.
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Bourses : Les places europennes finissent la semaine en ordre dispers
Aprs le dcs : Mme Bettencourt Incertitude sur l'avenir de l'Oral et Nestl
Sans surprise du ct de l'Opep : Le ptrole termine en hausse
Complexe sidrurgique Sider El Hadjar : Le haut fourneau redmarre
largissement de la coopration algro-russe : Tout pour diversifier le partenariat stratgique
 
 
 
Le destin de tout pays
Pouvons nous  avancer l'idée aujourd'hui que la politique interne mise en place dans les pays arabes et chez nous autres n'a pu amener l'idéologie ...
   
  Lire la suite
 
 
Politique conomique, politique sociale doivent faire une ...
 
Il est clair que pour les citoyens de l'Algérie profonde, les vrais patriotes, aimant l'Algérie, de bonne foi et de conviction et ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous