Mardi 26-09-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Energie  
 
 
 
Prix de l'or noir : Le ptrole soutenu par la rduction de la production de l'Opep
 
 
Mise à jour : 14-09-2017
 
Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse mardi après l'annonce d'un repli de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) en août au moment où l'impact des ouragans aux Etats-Unis s'atténue.
Le baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, a gagné 16 cents et clôturé à 48,23 dollars, sur le contrat pour livraison en octobre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 54,27 dollars, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de lundi.
"Le WTI se stabilise juste sous le seuil des 50 dollars", estime Gene McGillian de Tradition Energy. "Certaines des inquiétudes liées aux conséquences de la fermeture des raffineries (après le passage de l'ouragan Harvey) de la côte du Golfe du Mexique se dissipent au fur et à mesure que l'activité revient à la normale", explique-t-il. Parallèlement, l'ouragan Irma a été moins dévastateur que prévu et ne devrait pas affecter outre-mesure la demande en carburant. Les investisseurs se préparent désormais à la publication mercredi du rapport hebdomadaire sur les niveaux de stocks de produits pétroliers au 8 septembre aux Etats-Unis publié par le Département américain de l'Energie (DoE). Les réserves américaines de brut pourraient avoir augmenté de 4,82 millions de barils tandis que celles d'essence auraient baissé de 1,5 million de barils et celles de produits distillés de 2,1 millions de barils, selon la médiane d'un consensus compilé par l'agence Bloomberg et actualisé à la clôture new-yorkaise.
L'attention du marché s'est aussi tournée mardi vers le rapport mensuel de l'Opep. Alors que les marchés s'étaient inquiétés cet été de voir l'Opep dépasser ses objectifs de production, le cartel affirme dans son dernier rapport avoir atteint une production de 32,755 millions de barils par jour en août, soit un peu moins que les 32,834 millions de barils extraits en juillet. Ce recul est principalement dû à une chute de la production libyenne de 112.300 barils par jour, alors que des affrontements armés ont empêché le pays d'extraire du pétrole le mois dernier.
Mais les productions de l'Arabie saoudite, de l'Irak et, dans une moindre mesure, de l'Iran s'inscrivent également en baisse. L'Opep et d'autres pays partenaires, dont la Russie, ont décidé fin 2016 de réduire leurs extractions pour limiter l'offre sur le marché mondial et tenter de redresser les prix du baril.
"Les poids lourds de l'Opep veulent manifestement prouver qu'ils comptent respecter l'accord. Ce dernier doit durer jusqu'en mars 2018, et l'Arabie saoudite indique déjà être prête à le renouveler", commente David Madden, analyste chez CMC Markets. Le rapport mensuel revoit également à la hausse la demande mondiale en 2017 et en 2018. "Il est évident que le rééquilibrage du marché est en cours, soutenu par une forte adhésion de l'Opep et de ses partenaires aux objectifs de production qu'ils se sont eux-mêmes imposés dans l'accord de coopération", a commenté le secrétaire général de l'Opep, Mohammad Sanusi Barkindo.
 
La production recule
La production de pétrole brut de l'Opep a reculé au mois d'août, selon un rapport publié mardi par l'organisation, dont le secrétaire général a évoqué un "rééquilibrage" en cours du marché. La production des 14 membres du cartel a atteint 32,755 millions de barils par jour (mbj) en août après 32,834 en juillet, selon des sources secondaires (non directes) de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, citées dans son rapport mensuel sur le marché. Le Nigeria, qui est exempté de l'accord de limitation de la production en vigueur, a vu sa production augmenter. Elle a toutefois reculé en Libye, pourtant également exemptée de ces limitations, tout comme au Venezuela, alors que les deux pays sont touchés par de graves troubles politiques. La production a aussi décliné en Irak, notamment. L'Opep et d'autres pays partenaires (dont la Russie) ont décidé fin 2016 de réduire leurs extractions jusqu'en mars 2018 pour limiter l'offre sur le marché mondial et tenter de redresser les prix du baril. "Il est évident que le rééquilibrage du marché est en cours, soutenu par une forte adhésion de l'Opep et de ses partenaires aux objectifs de production qu'ils se sont eux-mêmes imposés dans l'accord de coopération", a commenté le secrétaire général de l'Opep, Mohammad Sanusi Barkindo, dans un discours à Oxford (Royaume-Uni) lundi soir. L'estimation de la demande mondiale a pour sa part été revue à la hausse, devant atteindre 96,77 millions de barils par jour (mbj) sur l'ensemble de 2017, en hausse de 1,42 mbj par rapport à l'année dernière.
En 2018, une nouvelle croissance de 1,35 mbj à 98,12 mbj est encore attendue.
Ces prévisions ont été revues à la hausse car l'Opep estime que les pays développés de l'OCDE vont consommer plus de pétrole que ce qui avait été prévu initialement.
"La demande de pétrole a été assez robuste au deuxième trimestre de 2017, particulièrement dans les Amériques et en Europe", note le cartel.
L'Opep fait également un point sur les conséquences de l'ouragan Harvey, notant que "le secteur américain de l'énergie semble rebondir rapidement".
"L'émergence de l'ouragan Irma et d'autres tempêtes laisse toutefois envisager la possibilité que la saison des ouragans 2017 soit particulièrement destructive, avec des implications potentielles pour le marché du pétrole", ajoute l'organisation.
Farida B.
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Cacophonie sur les donnes officielles : Quelle est la ralit de la sphre informelle en Algrie
Alstom-Siemens : Les discussions en cours sur un rapprochement
Transport ferroviaire : Le DG de la SNTF dvoile les dfis de l'entreprise
Japon : La BoJ maintient sa politique, dissension au conseil
Conseil de la Nation : Le Premier ministre prsente le plan d'action du gouvernement
 
 
 
L'radication des ides et des hommes, ...
"Bouger ", ce n'est pas fatalement tenter de faire la révolution, mais cela contribue à intéresser les populations à la " chose " ...
   
  Lire la suite
 
 
Les rformes exiges par le Prsident Bouteflika sont les ...
 
Une fois de plus, le programme politique du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika est mis en exergue à la fois par le ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous