Lundi 10-08-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Face à la crise économique et sociale, les défis de l'Algérie de 2020/2025 : Décentralisation et restructuration des partis politiques et de la ...
 
 
Mise à jour : 03-08-2020
 
PAR : Dr Abderrahmane Mebtoul Pour éviter des conflits bloquant le redressement national durant cette phase de transition - en attendant la reconfiguration politique , la révision constitutionnelle doit tenir compte des nouvelles mutations sociologiques, culturelles, politiques , économiques et géostratégiques en institutionnalisant le fonctionnement de la société au sein d'une économie ouverte se fondant sur une réelle décentralisation.. La réorganisation du pouvoir local dont la base est l'APC est fondamentale pour une société participative et citoyenne. Une situation socio-économique préoccupante Fin mai début juillet, la banque mondiale anticipait une récession pour l'Algérie en 2020 de moins 6,4% , le FMI plus de 5% et la Banque africaine de développement (BAD) plus de 4%. Selon les données de l'ONS publiées le 25 juillet 2020, au 1er trimestre 2020, l'économie algérienne a enregistré une croissance négative de -3,9 %, contre une croissance positive (+1,3%) à la même période de 2019 avec une baisse du taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) hors hydrocarbures de l'ordre de -1,5% contre +3,6% à la même période 2019. Cela corrobore les prévisions de la loi de finances complémentaires 2020 qui se fonde sur le prix fiscal de 30 USD et sur le prix de marché de 35 USD est le prix au-delà duquel, si cela se réalise, le surplus sera versé au Trésor public, dans le Fonds de régulation des recettes. Cela montre la dépendance accrue vis-à-vis de la rente des hydrocarbures dont le prix échappe à toute décision interne représentant avec les dérivées 98% des recettes en devises. Mais le fait le plus important est la baisse des exportations d'hydrocarbures à 17,7 milliards de dollars, contre 35, 2 milliards de dollars prévus dans l'ancienne loi de finances et si le cours moyen se maintient à 40 dollars le baril les recettes foin 2020 devrait se situer entre 20/21 milliards de dollars sachant que 33% des recettes de Sonatrach proviennent du gaz dont le cours a chuté par rapport à 2010 de lus de 75%( moins de 2 dollars le MBTU sur le marché libre). . Le déficit budgétaire devrait atteindre -1.976,9 milliards de dinars, soit -10,4% du Produit intérieur brut (PIB) (contre -1.533,4 milliards de dinars, soit -7, 2% du PIB dans la loi préliminaire). la balance des paiements enregistrant un solde négatif de -18,8 milliards de dollars, contre 8,5 milliards de dollars dans la loi de finances préliminaire, alors que niveau des réserves de change devrait reculer plus fortement que prévu d'ici à la fin 2020 pour atteindre 44,2 milliards de dollars contre une prévision initiale de 51,6 milliards de dollars Cela un impact sur le taux de chômage avec une population dépassant 44 millions en 2020 et une population active de plus de 12,5 millions, avec une demande additionnelle 'emplois annuellement entre 300.000/350.000 qui s 'ajoute au taux de chômage actuel , chaque perte d un point de taux de croissance selon l'OCDE , avec la crise actuelle ( licenciement et sous activités) entrainant 350.000 chômeurs de plus. Si l'on prend les données pour 2019, taux de croissance moyen de 2% en Algérie et celles la banque mondiale du 08 juin 2020 -moins 6,4% ( recul 8,4%) celles de la banque africaine de développement de début juillet 2020 - scénario pessimiste moins de -5,4% et modéré -4,4%, et les données de l'ONS de juillet 2020, de moins 3,9%, nous aurons un stock additionnel de chômeurs pour 2020 en Algérie qui varierait entre 2.500.000 et 1.800.000 Cela n'est pas propre à l'Algérie, Et devant tenir compte non des emplois rente mais des emplois de valeur ajoutée et del'importance de la sphère informelle (ayant j'ai eu à diriger pour le 4ème Think Tank mondial l'Institut des relations internationales IFRI,-Paris, décembre 2013, c'est un dossier complexe)., En période de crise et c'est une loi universelle applicable à tous les pays, cette sphère s'étendant et son intégration dépend fondamentalement du retour à la confiance et d'une nouvelle régulation d'ensemble tant de la société que de la politique socio-économique. La sphère informelle contrôle selon la banque d'Algérie plus de 33% de la masse monétaire en circulation, plus de 40/45% de l'emploi concentré dans le commerce, les services , les saisonniers dans l'agriculture, et plus de 50% de la valeur ajoutée hoirs hydrocarbures. Les mesures autoritaires bureaucratiques produisent l'effet inverse et lorsqu'un gouvernement agit administrativement et loin des mécanismes transparents et de la concertation social, la société enfante ses propres règles pour fonctionner qui ont valeur de droit puisque reposant sur un contrat entre les citoyens, s'éloignant ainsi des règles que le pouvoir veut imposer reposant sur LA CONFIANCE. Environ 40/45% de la population active est dans cette sphère , soit 5/6 millions sont sans protection sociale rendant difficile leurs prises en charge Ils sont sans revenus pour bon nombre qui ont cessé leurs activités, sans compter que bon nombres de ménages vivent dans deux trois pièces plus de 5/8 personnes avec des impacts psychologiques avec le confinement. Et l'on devra prendre en compte, à l'avenir la réforme du système des retraites qui sera le grand défi des années à venir ; le vieillissement de la population, où la moyenne d'âge des deux sexes selon le rapport de l'ONU, 2018, est à environ 78 ans de durée de vie. D'où l'importance pour l'Algérie d' éviter le mythe que les exportations de matières premières brutes et semi brutes, ne donnant pas de rente, mais un profit juste moyen, fonction de la rentabilité, ou le mythe monétaire ' financement non conventionnel qui risque de conduire à une dérive inflationniste , l'Algérie contrairement aux pays développés souffrant de rigidités structurelles et non conjoncturelles, devant comparer le comparable comme l'économie vénézuélienne et non les USA et l'Europe qui reposent sur une économie productive. D'où l'importance face à la crise de réaliser la symbiose Etat citoyens passant par une réelle décentralisation. Dépasser cette situation en redynamisant les collectivités locale Cellule de base par excellence, la commune algérienne a été régie par des textes qui ne sont plus d'actualité, autrement frappés de caducité. L'objectif central de notre analyse se veut une tentative devant transformer la commune " providence " à la commune " entreprise " Etre au rendez-vous de ce troisième millénaire, est la nature du défi que doit relever notre société, en améliorant sa productivité, à partir de la promotion des innovations technologiques, de leur adaptation au contexte socio-économique et culturel algérien, et de leur traduction en valeur ajoutée, au bénéfice d'un développement global, source de richesses, d'équité, de cohésion et de quiétude sociale. Au-delà de cette vision saine qui régule le fonctionnement des Etats civilisés de ce monde, il n'y a que pérennisation du sous développement et par conséquent, marginalisation de pans entiers de la société. Relever ce défi, c'est aspirer au statut d'une nation émancipée, clairvoyante dans son devenir, pertinente dans ses choix et acquise aux valeurs universelles du travail, source unique et pérenne de la vraie richesse. Cela suppose que toutes les composantes de la société et les acteurs de la vie économique, sociale et culturelle, soient impliqués sans exclusive, dans le processus décisionnel qui en gage la configuration de l'image de l'Algérie de demain qui devra progressivement s'éloigner du spectre de l'exclusion, de la marginalisation et de toutes les attitudes négatives, qui hypothèquent la cohésion sociale. L'implication du citoyen dans le processus décisionnel qui engage l'avenir des générations futures, est une manière pour l'Etat, de marquer sa volonté de justice et de réhabiliter sa crédibilité en donnant un sens positif à son rôle de régulateur et d'arbitre de la demande sociale. L'Etat soucieux du regain de sa crédibilité, devra se manifester par sa présence et sa disponibilité d'écoute au niveau des APC, voire des quartiers et centres ruraux, où ses actions doivent être les plus perceptibles. La commune devra donc, assurer sa mutation profonde, pour devenir un espace de convivialité qui intègre dans sa démarche, l'action citoyenne du mouvement associatif. L'implication de la société civile dans les affaires de la cité, est un acte éminemment civilisationnel, qui intègre les changements d'une société en pleine mutation et une manière d'aboutir, à un projet de progrès pour nos communes. Après la "commune providence " du tout Etat, l'heure est au partenariat entre les différents acteurs de la vie économique et sociale, à la solidarité, à la recherche de toutes formes de synergie et à l'ingénierie territoriale. C'est dans ce contexte, que la commune doit apparaître comme un élément fédérateur de toutes les bonnes volontés et initiatives qui participent à l'amélioration du cadre de vie du citoyen, à la valorisation et au marketing d'un espace. L'objet stratégique est de jeter les bases de la profonde la réflexion qui nous interpelle quant au nouveau rôle que doivent assurer les communes dans le paysage économique et institutionnel qui prend forme. L'Etat se retire progressivement de la gestion directe de l'économie, pour se consacrer aux missions stratégiques d'animation, d'organisation et de régulation du développement économique et social du pays. En tant que responsable de la politique économique et animateur - régulateur, l'Etat aura vraisemblablement à se dessaisir des charges d'administration en rapport avec la gestion des territoires des communes, pour permettre à ces dernières d'assumer pleinement leurs missions de managers de leurs espaces respectifs. A la commune pourront sans doute échoir les charges de production des services publics de base, de l'organisation du cadre de vie et de l'aide sociale de proximité. M.A.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Protection des professionnels de la santé: Le Président Tebboune signe l'ordonnance modifiant et complétant le code pénal
 
Par : Med Wali L'ordonnance modifiant et complétant le code pénal, signée hier par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, vise à assurer une protection "règlementée" des professionnels de la santé notamment contre les agressions ...
Voir détail
   
Coopération: L'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Algérie doit être poursuivie
 
Poursuivre l'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Algérie est une obligation partagée et sert l'intérêt commun des deux peuples, a déclaré vendredi le conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, lors d'une ...
Voir détail
   
Mines: Une feuille de route pour hisser l'activité
 
Dans une interview accordée à l'APS, le ministre des Mines Mohamed Arkab , a indiqué que c'est dans le cadre du plan de relance économique initié par le gouvernement , sous l'égide du président de la République Abdelmadjid Tebboune que ce ...
Voir détail
   
 
 
Urger la réparation des pannes des réseaux AEP
Secousses telluriques à Mila : prise en charge médicale et psychologique des familles affectées
Médias-Pratiques anti-professionnelles : Engager une réflexion collective
Covid-19: Réouverture progressive et contrôlée des mosquées , Djerad arrête un dispositif
Le vaccin d'Oxford coûtera entre 5 et 7 dollars par dose : Il est considéré comme l'un des vaccins les moins chers
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous