Samedi 18-11-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
Les units nationales en question
 
 
Mise à jour : 15-11-2017
 
On pourrait dire que d'une manière générale, les pays musulmans et d'une manière particulière, les pays arabes,  se plaisent à se donner en spectacle sur la scène internationale, et jouent des pièces  qui sont écrites ailleurs. Ces pays sont animés par des fils qui en   font des marionnettes. 
Comment casser un pays musulman ? Les puissances occidentales n'ont plus besoin de l'envahir pour y parvenir. Il suffit d'étudier les modes d'emploi des stratégies d'influence lors des campagnes électorales pour comprendre que ce sont les musulmans (ou plutôt les Arabes eux-mêmes) qui induisent des éléments de correction des doctrines militaires et subversives des puissances occidentales. Les partis politiques, là où il y a des élections, contactent les chefs de tribut, les représentants d'ethnie ou de confession, et l'affaire est gagnée.  Pour diviser ou rendre instable le pays ciblé, pour le rendre extrêmement vulnérable,  détruire sa cohésion, le mener vers sa désintégration, ou à tout le moins vers une guerre civile interminable, il n'est plus utile de l'envahir, il suffit de manipuler les facteurs confessionnels, identitaires et ainsi le plonger dans le chaos, avec l'idée qu'en réalité,  il ne peut pas y avoir un chaos reconstructeur. 
Ceux qui ne le subissent pas, parlent de chaos constructeur, de régression féconde, le traduisent par  l'expression " en chaque jour, malheur est bon " et recommandent la résignation en attendant ……qu'il pousse des dents à la poule. Le patriotisme communautaire est devenu suprême, au-dessus de tous les autres patriotismes. Alors, l'Etat-communautaire passe avant l'Etat-Nation. Les pays arabes sont en train de mettre leur unité en péril.
Les désintégrations se suivent, les premières produisant inévitablement les secondes et ainsi de suite… comme la fission nucléaire qui ne s'arrête pas quand elle est amorcée. C'est comme le terrorisme, c'est un phénomène transfrontalier. Les pays arabes et africains n'ont pas intérêt à la désintégration du Mali, à la sécession du Nord. Avec le précédent soudanais, l'Irak qui en est sur le chemin, accompagné par  la Libye, peut-être la Syrie, toutes les unités vont se rompre…   
L'Algérie n'a bien sûr pas intérêt, vraiment aucun intérêt à ce que au Mali, l'amorce du processus de désintégration de l'union nationale malienne  aille jusqu'à son aboutissement, c'est-à-dire la sécession.
Un dangereux précédent après le cas soudanais où la révolte du Sud contre le Nord a provoqué la perte de l'union territoriale. Le Soudan Sud s'est séparé du Soudan Nord et a acquis son indépendance. On dit que le Président soudanais a été très fragilisé par le mandat d'arrêt international émis par la Cour Pénale Internationale. On dit également que cette scission était préméditée  par les colons britanniques qui géraient le Nord musulman et le Sud chrétien comme s'il s'agissait de deux peuples différents. L'alliance opérée par le général  président soudanais avec les islamistes menés par Tourabi avait davantage encouragé le Sud chrétien à se révolter contre la volonté du Nord islamiste à imposer la chariaa au Sud chrétien. Une telle révolte face à un processus de déculturation, soit un génocide culturel et confessionnel annoncé ne pouvait que mener à la séparation.
L'Afrique connaît en la matière une effervescence tournante. Pratiquement, l'Afrique est approchée sous l'angle des conflits intra étatiques. Désormais, le monde arabe n'est pas en reste. Des ethnies multiples et des confessions différentes sont rendues incompatibles dans leur cohabitation au sein des pays africains. Les mêmes problèmes au sein des pays arabes. Le Liban n'est pas près de se réveiller dans l'unité, l'Irak non plus, n'oublions pas la Libye, la Somalie, la Tunisie, un début au Maroc,  alors que des pays musulmans ont perdu leur unité politique, soit l'Afghanistan, le Pakistan.           
L'OCI, qui regroupe les pays musulmans (alors qu'il y a des minorités non musulmanes),  la Ligue arabe (alors qu'il y a des minorités qui se disent non arabes), l'UMA (mêmes remarques) sont des coquilles vides.
Certains des pays arabes, dit-on, ont pratiquement transféré leurs responsabilités de politique de défense et de politique extérieure sur les Etats-Unis. On dit même que l'abondant équipement militaire, en qualité et en quantité, acquis auprès des Etats-Unis serait du matériel pré positionné pour servir directement aux militaires américains en cas de besoin dans la région. Rappelons tout de même une évidence, à savoir que la Ligue arabe n'est pas les Etats-Unis Arabes.
En Palestine, le parti palestinien Hamas de fait a fait sécession, le parti Hizbollah marque une disponibilité à la sécession au Liban, ou plutôt offre l'occasion aux manipulations identitaires et religieuses au Liban, sous l'impulsion de dirigeants israéliens, l'Irak  fonctionne presque comme un Etat en partition, le président Moubarak ayant déjà et publiquement accusé les chiites irakiens de se sentir plus Iraniens qu'Irakiens. Reprise des actes de forces kurdes-turcs en n'oubliant pas que les Kurdes d'autres pays limitrophes n'abandonnent pas certainement le rêve de se réunir, le monde arabe va vite entrer dans une longue nuit de doute.
Le doute est justifié compte tenu qu'il y a actuellement en cours la mise en œuvre d'une politique d'éternels affrontements entre les chiites et les sunnites, soit un affrontement que les contradictions et passions religieuses poussées à l'extrême et liées à des enjeux géopolitiques ne promettent pas de s'éteindre. N'oublions pas là encore que les chiites sont présents dans les pays pétroliers arabes,  et qu'ils sont en force (majoritairement) notamment dans une province saoudienne fortement pétrolière incluse dans ce qui est appelé l'arc chiite.  
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous