Samedi 18-11-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
Dveloppement au del, consommation en de
 
 
Mise à jour : 14-11-2017
 
C'est bien aux Algériens à développer le pays et non aux étrangers. Mais, malheureusement, ce n'est pas une préoccupation partagée par tous les hommes d'affaires, en témoignent les centaines de  millions d'euros qui ont quitté le  territoire par des Algériens, ceux qui sont censés travailler pour le pays d'abord, au moins sans voler celui-ci. Nous ne sommes pas bien sûr dans la situation des pays qui ont créé de la richesse et qui exportent car ils sont relativement bien avancés dans le domaine de la technologie, mais les questions à se poser devraient quand même être les mêmes. 
Dès lors qu'on avait cassé le monopole sur le marché extérieur pour transférer cette mission étatique aux entreprises privées, ce qui revient à dire que les moyens financiers en devises sont mis à disposition d'hommes d'affaires, on n'avait fait que transférer l'appât du gain facile et choisi qui sera rendu riche en lui octroyant les autorisations d'importations. Un tel gain facile et sans risque pour les importateurs ne peut qu'irriter ceux qui veulent investir dans la production nationale.     
Quelqu'un disait qu'il n' " est pas celui qui promet de partager ce qui n'est pas produit ". Il avait pourtant distribué du pouvoir d'achat avant de commencer à produire, pensant qu'ainsi cette masse d'argent aux mains des ménages allait financer les plans de charge des entreprises et permettre alors la relance de l'économie par la relance des entreprises. Mais, cette distribution de pouvoir d'achat a financé surtout les plans de charge des entreprises étrangères, relançant ainsi les économies des pays de nos fournisseurs. Moins cinq comme on le dit dans le langage courant on aurait vu les  populations des pays fournisseurs manifester pour que nos gouvernants distribuent encore du pouvoir d'achat pour fournir des  plans de charge à leurs entreprises, et non aux nôtres.
Alors ? pour ce qui nous concerne, certes la  question peut se poser de savoir pourquoi ne serait-il pas possible de doper nos exportations à l'étranger, alors qu'en réalité, c'est une autre question, à savoir qui devrait fournir des plans de charge à nos entreprises, et à orienter cette augmentation  du pouvoir d'achat vers nos entreprises ? Peut-être que celles-ci sont déjà battues par la concurrence internationale mais alors, pourquoi ne pas s'intéresser aux zones de forte croissance et pourquoi y a t-il tant d'entreprises d'importation et pas assez d'entreprises d'exportations ? Serait-ce qu'il n'y ait pas eu assez de mesures d'encouragement à des investissements productifs ? peut-être serait il plus indulgent de moins critiquer les entreprises étrangères car elles sont étrangères et travaillent pour le profit, alors que nous devrions attendre plus des entreprises algériennes qui devraient contribuer à développer le pays même au sacrifice d'une partie des profits.
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous