Samedi 29-07-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
Vers o nous ne devons pas aller ?
 
 
Mise à jour : 17-07-2017
 
Des guerres au sommet, et puis plus rien. Comme si rien ne s'était passé. La raison est bien simple. Quand ceux qui sont au pouvoir invoquent la stabilité pour éviter au pays de connaître le printemps arabe, les adeptes de " barakat " répondent plutôt que c'est le refus du pouvoir de partir qui ramènera le printemps arabe. Qui a raison ? Qui a tort ?  Il a payé de sa vie son refus de partir. Ses enfants qu'il préparait à lui succéder ne connaissent pas encore leur sort. Les populations, savent-elles où nous allons exactement ? Savent-elles où nous ne devons pas aller ?
En tout cas, au niveau local, il ne manquera pas de ceux qui leur montreront la route. Les élus locaux ne sont pas tellement au fait de ce qui leur sera explicité par le gouvernement et même nous, ceux de la presse. Les éléments constitutifs d'un nouvel ordre social inscrit à la fois dans la vision des implications du programme de soutien à la croissance économique et dans les principes qui fondent la démarche balisée au sein de la tripartite devraient être mieux explicités pour fournir aux populations une lecture peut-être plus sereine que celle qu'elles se font parfois de leur avenir.
Pratiquement à part les discours du président qui tentent de mobiliser les opinions publiques sur la base de l'identification des objectifs poursuivis et du balisage des itinéraires empruntés tout en faisant le lien entre l'impératif du succès du programme mis en œuvre et les retombées positives sur le bien-être des populations, il n' est pas mené une politique permanente d'explication qui servira de relais à celle que développe le président. 
Il est vrai que des ministres dont celui de la participation, n'ont pas observé de pause dans les politiques de communication des actions de leur secteur, mais il y a de ces concepts utilisés qui ne font pas partie du vocabulaire du profane compte tenu que la transition économique n'a pas été accompagnée d'une familiarisation et pas seulement des populations aux nouveaux concepts qui traduisent les orientations ou axes directeurs de travail autour desquels s'articulent les nouvelles politiques d'action pour ce qui concerne les politiques économiques et sociales. 
Nombreux parmi les populations qui accréditent la thèse selon laquelle ces dernières seront jetées en pâture aux forces du marché, craignent que leur bien-être ne soit considéré comme une charge pour les entreprises et qu'ils vont faire les frais d'une vision économique fondée sur l'abaissement des coûts salariaux et sociaux en vue de créer les conditions d'une compétitivité performante.
Dans ce contexte justement où la compréhension de ce qui se passe sur le plan des privatisations paraît assez difficile et où il apparaît également au vu de la difficulté à trouver un premier emploi pour les jeunes arrivés sur le marché du travail et même pour les diplômés que le processus d'entrée dans l'économie de marché est difficilement maîtrisable, la tendance constatée est aux manifestations et parfois même aux émeutes localisées en substitution à la patience et au dialogue. Il est temps de penser à donner un contenu concret au pacte social de stabilité qu'avaient envisagé de faire les autorités à un moment donné. 
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Industrie Automobile : Mitsubishi, Suzuki, Toyota et Nissan intresss par le march algrien
France : Le bio n'aura pas le coup de pouce espr du gouvernement
Bourses Les places europennes finissent en ordre dispers
Mensuel international arabies - Algrie : l'informel, le flau de l'conomie
Afrique de l'Ouest Attaques terroristes au Sahel - Mettre fin la comptabilit macabre
 
 
 
Est-ce possible que les lendemains vont ...
Les puissances régionales ou les régions comme puissances? Nous risquons de n'être ni dans le premier cas ni dans le deuxième. De plus en plus, le ...
   
  Lire la suite
 
 
Tripartie vers une nouvelle doctrine socio-conomique
 
Sur le plan économique, social, le dialogue et la concertation, le décor est planté par le Premier ministre, M. Abdelmadjid ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous