Samedi 24-06-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
En reste-t-il des certitudes ?
 
 
Mise à jour : 20-04-2017
 
Il n'y a plus d'investissement politique dans l'économie, du moins au niveau des partis politiques. L'économie nécessiterait  des modes d'emploi et non des discours ; On ne parle plus de bénéfices à partager, ni des dividendes de la croissance, ni même de partage de prospérité à l'intérieur du pays, si prospérité existe. Plus personne  n'ose y faire référence. Ce concept est   éliminé du dictionnaire  de  nos dirigeants des deux côtés ; Il est devenu étranger à notre société ;  A contrario, on ne parle plus de budget de rigueur pour ne pas évoquer  le sacrifice du social, des acquis. Par contre,  on parle    de diminution du train de vie de l'Etat, on utilise le  terme de rationalisation des dépenses publiques. Même le concept de bonne gouvernance est utilisé dans les discours sans que réellement il donne lieu à des prises de décision explicitées et à un contrôle public et transparent. La corruption a eu sa part de menaces mais comment la combattre ?   La bonne gouvernance  c'est la démocratie.  Elles sont inséparables, l'une c'est l'autre. Il n'y a pas l'une sans l'autre car le contrôle  est permanent.
Pour ce qui concerne les relations internationales, sur le plan économique,  même la recherche d'une diversité des ressources nécessite là encore l'emploi des ressources provenant des hydrocarbures. Le pétrole doit nous aider à nous passer du pétrole comme ressource principale. La difficulté à faire avancer un tel choix ne permet plus des certitudes. La mondialisation vient compliquer davantage les données en créant des inégalités entre pays et des inégalités au sein des pays.  On dit que les richesses ne se partagent pas avec équité alors même que pour les pays en développement, comme dans notre cas plus particulièrement, ce n'est pas la croissance qui est redistribuée, ni la richesse créée, mais la rente pétrolière. Qui parle encore de prospérité à partager ?
Qui oserait encore parler de partage des bénéfices des entreprises publiques, comme cela se faisait couramment durant la décennie 70, les entreprises étant endettées et assainies pour la énième fois, avec en plus, une totale ignorance de leur avenir. 
Nous aurions bien aimé que la prospérité déborde au delà des frontières tout comme le promet la mondialisation, mais seuls les problèmes des grandes puissances débordent de leurs frontières, pas les nôtres.
La reprise de l'économie des grandes puissances  et des pays émergents est attendue impatiemment  par nombre de pays. Les raisons n'en semblent pas du tout être les mêmes.
Il y a ceux qui exportent leur production de biens et de services et qui attendent des investissements en provenance des pays riches et industrialisés, car ils en font partie. Il y a  ceux qui vivent des exportations de leurs matières premières et qui souhaitent que la reprise de l'économie des grandes puissances ait lieu rapidement pour une valorisation de leurs matières premières, soit une augmentation de leurs ressources extérieures. 
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Aprs des prises de bnfices : Les Bourses europennes en baisse
Les dfis du gouvernement d'Abdelmadjid Tebboune : Lutter contre la bureaucratie et mettre fin aux dysfonctionnements des institutions qui sont le fondement de la sphre informelle
En dpit du recul des ressources financires : L'conomie nationale reste stable
Aprs l'avance de la date de versement des pensions de retraite en prvision de l'Ad : Entre satisfactions et ralit amre des retraits
Prsentation du plan d'action du gouvernement devant l'APN : Une tape cruciale pour la dmocratie en Algrie
 
 
 
Les mmes constats, les mmes ...
Une contradiction aux voies impénétrables. Peut-on être à la fois contre et pour la Qaida ? Quadrature du cercle. Plus les Etats-Unis et à un ...
   
  Lire la suite
 
 
Tebboune dfinit la rgle des engagements et des ambitions ...
 
Tous les enjeux politiques, démocratiques, économiques, sociaux et culturels ont été étalés avec beaucoup de ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous